Plus belle ma vie

Mes amis, mes amours, vous connaissez la suite!

mardi 4 mars 2008

Lettre ouverte à mon client

Cher client,

J’avoue que tu ne me rends pas la vie facile, facile. Je sais que tu es persuadé que l’adage « le client est roi » s’applique surtout à toi, voire même rien qu’à toi. Je sais que tu voudrais que je réalise le moindre de tes souhaits et que je sois à tes ordres, mais mon fiancé me l’a déjà dit : j’ai un problème avec l’autorité.

Aussi, cher client, lorsque tu me dis que tu veux une réponse « tout de suite » et que tu n’as pas « l’intention d’attendre 10 ans », je ne peux m’empêcher de te mettre en attente pendant dix minutes. Minimum. Parfois j’attends même que tu raccroches. C’est toujours pareil avec toi. Tu n’es jamais content de rien. Parfois tu refuses de me parler. Même souvent. Quand je te dis que « M. Trucmuche est actuellement indisponible, en quoi puis je vous être utile ? », tu réponds, au choix, mais toujours invariablement :

  • En rien

  • Non mais c’est personnel

  • Pff, je ne peux pas parler à quelqu’un ? (parce que moi, je ne suis personne)

J’essaie de prendre sur moi, mais tu sais, quand tout le monde fait comme toi, c’est vraiment difficile de ne pas être désagréable. Alors parfois je me lâche. Ce que je préfère, c’est me moquer de toi sans que tu ne t’en rendes compte. Car toi, cher client, tu es persuadé que je suis la dernière des idiotes et que ton intelligence est bien supérieure à la mienne. Les rares fois où tu acceptes de me dire pourquoi tu m’appelles, c’est juste pour vérifier que tu avais raison. Et quand tu as tord, tu émets des doutes quant à mes compétences, ce qui est fort désagréable, tu sais ? Voilà pourquoi, quand nous raccrochons le téléphone, certaines insultes que je n’oserais te répéter fusent immanquablement. Et puis si, je répète : non mais quelle connasse // connard (à adapter selon si tu es un garçon ou une fille –mais souvent tu es une fille).

Je trouve que tu t’exaspères drôlement vite. Et puis tu n’es pas vraiment patient. Cela fait à peine 10 minutes que j’ai laissé le message pour qu’on te rappelle, que tu rappelles encore une fois en beuglant : « On m’a toujours pas rappeléééééééééé ».

Non franchement, tu ne me rends pas la vie facile. Heureusement qu’avec mes collègues on parle de toi en disant : « oh, devine qui je viens d’avoir ?? » et on rigole bien sur ton dos. C’est un juste retour des choses non ?

Posté par miss_mary à 16:01 - Tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi) - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Un jour, j'appellerai ma banque (mais pas tout de suite, pour l'instant ma principale préoccupation c'est de ne pas répondre au téléphoen quand ce blaireau de banquier m'appelle)

    Posté par Ashley, mercredi 5 mars 2008 à 15:11
  • Je crois qu'on a tous les mêmes... moi mes clients France Telecom sont aussi cons que ça, des fois c'est à se tirer une balle. Allez courage bientôt tu les auras en face niark niark niark !

    Posté par Isa, mercredi 5 mars 2008 à 20:15

Poster un commentaire